Ami de l’égalité
Accueil du site > Problèmes de la révolution > Problèmes du communisme > APPEL solennel aux communistes de France

Malakoff, le 4 décembre 2011

APPEL solennel aux communistes de France

de la CONFERENCE NATIONALE du PRCF

samedi 17 décembre 2011

Face à l’offensive générale du capital contre les peuples, face à la crise explosive de l’U.E. et aux attaques frénétiques de Sarkozy, engageons l’action commune des communistes de France !

- A la faveur de la crise aiguë du capitalisme et de son UE de malheur, la réaction passe à l’offensive générale contre les acquis et la souveraineté des peuples.

- Après la guerre impérialiste imposée à la Libye sous l’égide de l’OTAN et de Sarkozy, une nouvelle guerre non-déclarée a commencé de fait contre la Syrie et l’Iran, non pour apporter à ces pays la « démocratie », mais pour leur faire subir le sort terrible du peuple irakien occupé et saigné à blanc par l’occupation étrangère. En Europe, l’UE pilotée par l’impérialisme allemand secondé par Sarkozy impose une austérité géante et met en place ses proconsuls d’Athènes à Rome en attendant que vienne le tour d’autres capitales. Chacun le sait : une fois passées les présidentielles, un terrible plan d’austérité va venir s’ajouter en France aux incessantes mesures antipopulaires prises par le fascisant régime UMP.
- Or qui peut croire que le PS de Hollande (capitale : Maastricht !) soit porteur de la moindre alternative progressiste ? Par son alignement sur l’Europe et sur le SPD, le PS creuse le lit de la droite dure et du FN. Celui-ci récupère et dévoie le rejet légitime du « libre échange » cher aux monopoles capitalistes, pour courtiser la classe ouvrière.
- Le peuple ne peut davantage compter sur la direction du PCF. Reniant la juste campagne pour le « non » menée en 1992 par G. Marchais et H. Krazucki, M. Pierre Laurent - qui préside à la fois le PCF et le PGE - se fait l’avocat de l’euro. Derrière Mélenchon, il répand le mensonge de l’« Europe sociale » et de l’« euro mis au service des travailleurs » : comme si cette UE conçue pour briser le socialisme d’hier et pour interdire le socialisme de demain n’avait pas été programmée de A à Z pour casser, non seulement les avancées historiques résultant d’Octobre 17, de Stalingrad et de l’action du PCF dans la Résistance, mais aussi les acquis civilisateurs des Lumières, de la Révolution française… et de la Grèce antique, créatrice des premières formes de citoyenneté.
- Dans ces conditions, les organisations communistes qui, à l’intérieur ou à l’extérieur du PCF, se réclament toujours de l’indépendance nationale et du socialisme, ne peuvent continuer à s’ignorer avec pour seul horizon une ruineuse « concurrence libre et non faussée » entre les militants de la faucille et du marteau. Pour reprendre espoir, les communistes, les travailleurs, les progressistes, ont besoin que ceux qui refusent la « mutation » et restent fidèles au combat de classe, PARLENT D’UNE SEULE VOIX dans les manifestations populaires et à la porte des entreprises.
- Certes il n’est guère possible dans un premier temps de fusionner les organisations communistes existantes dont chacune porte sa part de légitimité. Mais étant donné les grands affrontements de classes qui s’annoncent, les travailleurs ne comprendraient pas que les communistes ne travaillent pas ensemble sur des points où ils sont déjà largement d’accord. Et c’est possible. Déjà le PRCF a signé des textes communs avec l’URCF et le RCC. Il a agi en commun avec des camarades de Réveil communiste et de Rouge Vif Paris. Il a d’excellentes relations avec la section PCF de Douai et a mené une action commémorative commune avec le PCF 62. A bien des endroits « en bas », la barrière artificielle entre communistes cartés au PCF et communistes écartés du PCF, est tombée : on se parle et on agit ensemble quand on peut. C’est nécessaire car sans unité d’action, soit nous sommes inaudibles, soit nous risquons d’être instrumentés au sein des alliances plus larges que nous essayons de construire les uns et les autres.
- L’union est nécessaire également car sans elle, les syndicats - y compris ceux qui ont une tradition de lutte - sont une proie facile pour la collaboration de classes qui plus que jamais mène à la défaite.
- L’union est nécessaire car la décomposition de la nation va à un rythme tel (industrie, agriculture, services publics, école, laïcité, langue et culture, recherche, Sécu, retraites…) que les acquis que le PCF et la CGT ont conquis en 1936 et à la Libération, seront rapidement liquidés si nous ne réagissons pas dès maintenant, fortement et ENSEMBLE.
- C’est pourquoi face à la dictature de l’UE et du CAC 40, nous proposons de mettre en place, formellement ou pas, une Convergence d’Action Communiste qui mènerait de front trois campagnes :

  • la première campagne viserait à faire front ensemble contre les guerres impérialistes présentes et à venir ; nous pouvons diverger sur telle ou telle analyse mais nous serons facilement d’accord sur deux idées : « l’impérialisme est l’ennemi principal de tous les peuples », et « un peuple qui en opprime un autre ne saurait être libre » (Marx).
  • la seconde campagne viserait à combattre la criminalisation du communisme et de son histoire en montrant qu’elle va de pair avec la montée en puissance des fascistes et de la fascisation ; si ce mot ne convient pas à tous - bien qu’à nos yeux il s’avère plus juste de jour en jour - trouvons d’autres expressions, mais ne reculons pas devant la tâche car à terme c’est notre liberté d’expression en France qui est menacée ; à l’heure où arborer l’effigie du Che coûte deux ans de taule en Pologne, où en Grèce le gouvernement commun du PASOK et des fascistes du LAOS prend pour cibles nos camarades du PAME et du KKE, où Obama met la pression sur Cuba et sur l’ALBA, agir sur ce terrain relève autant pour nous de l’internationalisme prolétarien que de l’autodéfense ici et maintenant !
  • la troisième campagne viserait à conduire ensemble une action au long cours sur le thème : sortons la France de l’UE et de son maudit euro afin de restaurer l’indépendance nationale et les acquis du CNR, de promouvoir la coopération internationale, de créer les conditions d’un rassemblement populaire isolant le grand capital et rouvrant à notre peuple la voie du socialisme.

- Ces tâches sont incontournables et à lire les textes des uns et des autres, elles semble faire l’accord général à quelques formulations près qu’on peut et doit dépasser. Alors pourquoi ne pas « marcher côte à côte et frapper ensemble », comme disait Lénine ? Le PRCF ne propose pas que nous nous retrouvions sur SES bases mais sur celles qui, en l’état, semblent déjà les plus consensuelles. Et le PRCF - qui ne croit pas au possible redressement du PCF mais qui admet parfaitement que d’autres y croient ou que, sans y croire, ils pensent utile de militer encore au PCF - ne pose pas en préalable l’appartenance ou pas de tel militant ou de telle organisation au PCF. Ayant l’honneur de compter dans ses rangs nombre de vétérans incontestables, notamment deux députés historiques dont l’un reste adhérent au PCF, et plusieurs figures de proue des FTPF et des FTP-MOI, le PRCF demande simplement que chaque organisation ETUDIE sa proposition collectivement et sereinement. Car si nous ne parvenions pas à nous UNIR DANS LA LUTTE dans les graves circonstances présentes, nous finirions par nous rendre aussi coupables que la direction du PCF de la destruction finale du parti communiste, avec tout ce qu’elle signifie de malheurs passés, présents et A VENIR pour notre pays. Nous demandons donc que chacun veuille bien répondre avec bienveillance à notre demande, si possible avant le 1er janvier car le temps presse. Nous publierons les réponses et si possible, proposerons une date commune pour que chaque organisation puisse dire son mot lors d’une rencontre que tout vrai communiste appelle de ses vœux.

  • Quand les blés sont sous la grêle
    - Fou qui fait le délicat
    - Fou qui songe à ses querelles
    - Au cœur du commun combat…

- Avec nos fraternelles salutations.
- Au nom de la conférence nationale : Georges Hage, président d’honneur du PRCF, député honoraire du Nord ; Léon Landini, ancien officier FTP-MOI, président du PRCF ; Jean-Pierre Hemmen et Pierre Pranchère, vice-présidents du PRCF ; Georges Gastaud, secrétaire national, Antoine Manessis, responsable aux relations unitaires ; Daniel Antonini, responsable aux relations internationales.

- A toutes fins utiles, signalons la date emblématique du 21 janvier : c’est le 21 janvier 1793 que, par le régicide de Louis XVI, la Révolution française s’engagea sur la voie de la République ; c’est le 21 janvier 1924 que mourut Lénine et c’est à l’occasion de ce deuil que les communistes du monde entier jurèrent de rester unis pour poursuivre son combat. Et en plus, le 21 janvier 2012 tombe un samedi…

2 Messages de forum

  • APPEL solennel aux communistes de France 20 septembre 2012 16:04, par Dustin

    J’aimerai connaître si les inscription sont disponible sur ce site web. Si oui comment le créer

    présagez visiter lyon office tourisme puis location velo bois de boulogne entraînai Quinze-Vingts puis paris vélo perquisitionner Éphémère Tour Eiffel
    • APPEL solennel aux communistes de France 1er octobre 2012 10:01, par Jean-Pierre Combe

      Les inscriptions ne sont pas disponibles sur ce site : par contre, vous pouvez proposer des réponses à tous les articles : si elles sont pertinentes, elles seront publiées.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0